Le deerhound vous a séduit : il est le fruit d’un travail de plusieurs centaines d’années, travail destiné à en faire un chasseur de grand gibier : il devait être rapide, courageux, puissant et résistant. Comme pour tous les lévriers, la fonction a construit la race : s’il avait été conçu pour la chasse au lièvre, il aurait été différent !

C’est certainement ce que vous avez deviné en le choisissant. Ne permettez pas qu’il devienne autrement et qu’il perde son charme !

 

Rapide et agile

Pour cela ce lévrier doit être correctement construit, "une bonne arrière-main avec une croupe suffisamment longue pour permettre au chien de galoper comme il faut et une bonne angulation devant, ces points étant essentiels pour que le chien puisse aisément galoper sur un terrain inégal."(Kenneth Cassels : voir fiche ).

 

Puissant, robuste et résistant

Il devait l’être face à son gibier de prédilection : les cerfs rouges dotés d’une force prodigieuse et de bois redoutables.
Cou puissant et robuste, arrière-main large et musclée.
Son poil rêche et épais le protégeait des intempéries pendant les longues heures de poursuite car c’est un chien endurant.
Ce côté rustique fait tout son charme, il est à notre avis dommage de le priver de sa toison pour quelques heures de parade en exposition. Les Anglais ne s’y sont pas trompés, eux qui respectent cela plus volontiers que d’autres pays !

Intelligent, déterminé et persévérant

Vous le verrez souvent étudier le terrain avant d’agir :  pas de précipitation, de la détermination et la volonté de réussir.

Sociable et équilibré

Il vivait en bonne intelligence avec ses congénères et ne dédaignait pas de rester installé confortablement aux côtés de son maître, devant la cheminée. Son caractère particulièrement équilibré en a toujours fait un compagnon loyal et affectueux particulièrement apprécié.

CHOISIR SON DEERHOUND

 

Vous êtes tombé amoureux de la race ???
apprenez à la connaître un peu mieux avant de rapporter un chiot à la maison.

Faites le bon choix,  pour éviter des déceptions ultérieures.
Soyez avisé en ne négligeant aucun critère : vous apporterez ainsi  votre contribution à la pérennité d'une race saine et équilibrée.

Combien de fois avons-nous entendu : "si j'avais su…"
Ce parcours du combattant qui vous attend, nous l'avons déjà parcouru.
Internet a apporté une visibilité immédiate de l'élevage en France, certes !
mais l'essentiel n'y est pas toujours.

 

Allez sur un forum de race français ou étranger

Les débutants d'hier ont parcouru du chemin et seront à même de répondre
à vos interrogations.
Un seul forum est dédié à 100 % en France : peu fréquenté aujourd'hui mais encore souvent consulté, il contient bon nombre d'informations qui ne seront pas forcément abordées sur ce site.
D'autres en langue anglaise sont également facilement accessibles.

(voir onglet Liens).

 

Visitez quelques sites références du pays d'origine tels

- Kilbourne : un site ultra-complet bien illustré, qui devrait rester dans vos favoris !

 

Rapprochez-vous du Club de Race, visiter les sites des éleveurs

En 2 clics, ils sont tout de suite identifiés (Chiens Online, Chiens de France, etc.). Sachez lire entre les lignes : une idée  flatteuse de l'élevage vous sera peut-être proposée, c'est de bonne guerre, un environnement idyllique imaginaire aussi, malheureusement, ça c'est déjà vu ! En tout cas, à ce stade, impossible de reconnaître le savoir-faire réel : c'est un premier pas indispensable qui ne peut constituer une fin en soi.
Contactez les éleveurs par téléphone pour de premières questions puis rendez-vous sur place. Circulez parmi les chiens, voyez s'ils sont amicaux,.
Si vous avez une portée en vue, demandez à voir la mère et renseignez-vous sur le père, voyez les chiots s'ils sont nés.

Apprenez à discerner les différents types, lisez le standard (accès depuis l'item "Découvrir"), familiarisez votre œil à la silhouette du lévrier écossais, par exemple en consultant les photos d'archive sur ce site

• Une minorité d'entre vous  aimera présenter son chiot en exposition.
Apprenez dans ce cas à repérer les défauts et qualités de la race, certains sont évidents, d'autres plus subtils pour le néophyte !
• La majorité d'entre vous appréciera un joli chien de qualité, bien conforme au standard et se contentera de le présenter à la confirmation.
•ᅠ Si votre budget vous freine, un chien "non confirmable" pourra vous être proposé.  Leurs éventuels défauts : dentition incomplète ou non alignée, testicule(s) non descendu(s), taille insuffisante, port de queue ou queue cassée, etc. n'affecteront que leur esthétique (s'ils sont visibles) : il ou elle est, malgré cela, un bon représentant de sa race, né de parents LOF.

 

Une dizaine d'années de vie commune

Votre chiot est destiné à vivre à vos côtés un certain nombre d'années, le plus longtemps possible en bonne santé, vous apprécierez qu'il ait un bon caractère, qu'il convienne à votre style de vie ... et qu'il ressemble à l'image que vous avez découverte à travers son histoire (voir encadré ci-contre) !

Cela nécessite de la part des éleveurs une vraie connaissance de la race, pas seulement théorique mais aussi sur le terrain et cela va bien évidemment au-delà de la simple apparence.

Aucun titre de Champion (fut-il de beauté ou de travail) ne suffira, à lui seul, à être garant des qualités qui font un bon deerhound (et ceci est valable pour toutes les races).
La pratique de Poursuite à vue sur leurre (PVL) est certes une pâle imitation de chasse, mais elle met honorablement en valeur les qualités héritées du chasseur qu'il était. La sélection des chiens pour cette discipline ne peut s'appuyer que sur des chiens en excellente santé, ce n'est pas hélas pas primordial pour la sélection des chiens dits de beauté.

La conjugaison de titres travail et beauté sur les mêmes sujets, la présence de LSP (Laureat standard performance qui récompense les lévriers dits "complets") à l'élevage constitueront un bon repère pour le choix de votre éleveur.

 

Ne vous laissez surtout pas dire que les chiens de travail sont "moches" :  si d'autres races présentent un type beauté et un type travail distincts - ce qui n'est pas forcément un signe de bonne santé - ce n'est certes pas une réalité pour le lévrier écossais français, qui a prouvé à plusieurs reprises que des Champions de PVL pouvaient accéder aux plus hautes marches des expositions de Beauté.

  • quelles questions se poser

    Un Lévrier écossais pour quoi faire?
    un  compagnon de balade, de fauteuil, un athlète, un chien d'exposition ???

     

    - ai-je les moyens de subvenir à ses besoins en alimentation, et soins même s'il tombe durablement malade ?

    - ai-je le cadre de vie qui convient ? maison, jardin, propriété close, quelle surface, etc.

    - si appartement, aurais-je suffisamment de disponibilité pour le sortir assez longuement quotidiennement et aurais-je de grands espaces à proximité pour lui permettre de se défouler ?

    - ma structure familiale me permet-elle d'accueillir un chien de grande taille ?

    - combien de temps le chien restera-t-il seul à la maison ?

    - y-a-t-il d'autres animaux ? mâles  ? femelles ?

    - quel type de caractère a ma préférence ?

    - ai-je de l'autorité ?

     

  • quelles questions à l’éleveur

    - visites préalables à l'élevage possible ?
    - combien d'années d'élevage,

    - combien de portées,

    - quels critères de sélection, quel type

    - comment vivent les deerhounds adultes à l'élevage,

    - où vivent les chiots deerhounds à l'élevage pendant leur 10/12 premières semaines,

    - quelle nourriture ?

    - quelles disciplines pratiquées par l'éleveur,

    - dans quel Club peut-on voir ses chiens courir ?

     

    Si vous êtes soucieux de bien-être animal :

    - quel suivi après vente,

    - quelles possibilités de reprise en cas de problèmes,

    - quelle espérance de vie,

    - quel est le devenir des chiens après leur période de reproduction, des chiens âgés,
    - que deviennent les "invendus" ?

    - à quel âge puis-je prendre mon chiot ?

  • retour du chiot/chien à l'élevage

    Le chiot/chien pose problème,
    vous vous sentez dépassés :

    Un recadrage est souhaitable : prenez conseil sans plus tarder auprès d'autres propriétaires, de l'éleveur, ou d'un comportementaliste.
    Certains chiens pendant leur jeunesse devront être bien cadrés, ils n'atteindront leur pleine maturité - et sagesse - qu'à 2 à 3 ans.


    Vous vous êtes trompés, votre situation personnelle ne vous permet plus de le garder.


    L'éleveur sérieux reprendra le chien ou lui trouvera une nouvelle maison.
    Les associations type SPA ne reprennent pas ce genre de chien jugé trop grand.
    Si vous cherchez vous-même à replacer votre chien prenez avis auprès d'autres propriétaires pour éviter certains écueils fréquents et demandez toujours l'avis de votre éleveur.


    Dans tous les cas, ce n'est pas une bonne chose car le chien devra faire face à un ou plusieurs changement de maître, mais ceci reste préférable à une euthanasie, (qui est tout à fait inexcusable dans ce cas) ou des situations de stress (du maître donc du chien) souvent propice à des réactions d'agressivité.

    Sachez reconnaître le problème assez tôt pour pouvoir y faire face dans de bonnes conditions.


    Contact sur ce site possible pour aide ou conseils.

  • mâle ou femelle ?

    Il y a en moyenne 5 à 10 cm et une dizaine de kilos de différence entre les 2 sexes.
    Le mâle est réputé pour être très attachant. Si la femelle se montre un peu moins "pot de colle", elle ne sera généralement pas distante comme peuvent l'être certains  lévriers.


    COMME DANS TOUTES LES RACES, certains mâles se révéleront dominants.
    Assez vite, l'éleveur verra se dessiner les différents caractères des chiots - pour peu que le chiot ne parte pas trop tôt de l'élevage - et devrait pouvoir vous orienter vers tel ou tel caractère.

    Le fait d'avoir déjà un autre animal soit dominant soit soumis va orienter votre choix, ne pas tenir compte de ce genre de paramètre peut se révéler dramatique par la suite et pourrait vous conduire à l'abandon du chiot.

    Vous devrez contrôler les sujets qui ont envie de devenir le chef de meute (= la famille), une éducation ferme mais en douceur suffira cependant dans la plupart des cas.

  • contraintes liées à son grand gabarit

    Le lévrier écossais mesure en moyenne 75/80 cm au garrot (= à l'épaule). Il pèse en moyenne 36 à 45 kg.

    Cela n'est pas sans conséquences dans votre vie de tous les jours et vous devrez tenir compte que :

     

    - vous ne pourrez le porter que pendant les premières semaines de sa vie

    - il faudra compter avec lui (eux ?) quand vous choisirez votre véhicule
    - adulte, sa tête dominera votre table et votre assiette

    - en station debout sur ses pattes arrière, il laissera des empreintes sur les épaules de votre veste noire

    - il a une force phénoménale

    - ses besoins en nourriture sont assez importants

    - certains médicaments, certains produits vétérinaires sont donnés en fonction du poids, un traitement régulier à vie peut revenir fort cher

    - dans les trous qu'il fera dans le jardin, il pourra s'y loger, gare aux volutes sculptées de votre mobilier de style, une seule attaque suffira à les ruiner

    - vos clôtures ne sont peut-être pas adaptées

    - la halte voyage au restaurant avec votre chien en été sera compliquée, à vous le sandwich mangé à ses côtés, dans une voiture bien aérée, garée à l'ombre

    -  gîtes et hôtels, ce sera difficile : les établissements accueillant les chiens, surtout grands, sont de plus en plus rares

    - ne comptez pas passer inaperçus mais si vous voulez frimer avec un grand chien* sachez qu'il existe encore plus grand et plus impressionnant : son  cousin l'Irish wolfhound et le dogue allemand !

     

    *est-ce là une bonne motivation ?

  • quelles formalités ?

    La vente de chiots de moins de 8 semaines est interdite en France.
    L'éleveur sérieux ne le proposera pas, car il aura à cœur de laisser partir des chiots en bonne santé, primovaccinés à un âge raisonnable. Il sait que la mère joue un rôle important dans la sociabilisation  justement à cet âge.
    2 mois et demi ou même 3 mois est l'âge idéal pour quitter l'élevage.




    La fiche SCC concernant les documents liés à la vente du chiot ou du chien adulte.

    http://www.scc.asso.fr/Documents-du-chien

    w

 

 

Scottish Deerhounds pour les bleus